Psyché abandonnée – Une œuvre, une histoire #8

En 1883, Augistin Pajou reçoit une commande, réaliser un pendant de l’Amour de Bouchardon. Il décide donc de représenter la femme de ce dernier Psyché.

Augustin Pajou, Psyché abandonnée, 1895, Musée du Louvre, Paris

Psyché épouse éplorée

Psyché est la troisième fille d’un roi. Elle est connue de tous par sa beauté et des hommes viennent de partout admirer sa beauté et lui rendre hommage. Leur ferveur est telle qu’ils en oublient de rendre le culte dû à Aphrodite, la déesse de la beauté. Cette dernière, piquée par la jalousie et la colère, décide de punir la jeune mortelle.

Elle appelle donc son fils, Éros, qu’elle a eu avec le dieu de la guerre, Mars. Eros est connu comme un beau jeune homme ailé, portant un arc et des flèches capables de rendre n’importe qui amoureux. Aphrodite lui demande alors d’utiliser une de ses flèches pour rendre Psyché amoureuse d’une créature monstrueuse. Mais, alors qu’Eros se prépare à accomplir le châtiment de sa mère, il tombe lui-même amoureux de la belle mortelle.

Cependant, Psyché est malheureuse. En effet, bien que les hommes admirent sa beauté, aucun ne veut l’épouser. Son père décide alors de consulter un oracle pour savoir comment trouver un époux à sa fille. Ce dernier prédit alors que la jeune fille doit être abandonnée sur le sommet d’une colline où son futur époux, un homme serpent, viendra la chercher. Le roi obéit à contre-cœur à l’oracle et Psyché est conduit dans un somptueux palais par Zéphyr, le vent du nord.

Il s’agit en fait du palais d’Eros qui a décidé de vivre son amour caché des yeux de tous. Chaque soir, il rejoint Psyché dans son lit mais ne lui demande qu’une chose : elle ne doit jamais chercher à voir son visage. La jeune princesse éprouve cependant de la peine à être séparée de ses sœurs et demande à son mari de pouvoir voir ses sœurs. Ce dernier finit par lui céder. 

Psyché retrouve donc ses sœurs mais elle ne peut leur décrire son amant. Ses sœurs font entrer le doute dans l’esprit de leur jeune sœur en la persuadant que son amant est peut-être le terrible serpent prédit par l’oracle et qu’il finira par la dévorer. Saisie par la terreur, Psyché décide de désobéir à Éros et de découvrir sa véritable nature. 

Le soir même, elle l’attend dans son lit où elle a dissimulé un couteau pour le tuer et une lampe pour voir son visage. Elle attend que le dieu s’endorme et allume la lampe. Elle découvre alors le visage et le corps parfait d’Eros et admire ce dernier. Elle en oublie la lampe et fait couler de l’huile sur le corps de son amant, lui brûlant ainsi la peau. 

Ce dernier se réveille à cause de la douleur et s’enfuit auprès de sa mère pour se soigner. Psyché se retrouve alors seule, désemparée et accablée par le chagrin d’avoir perdu l’homme qu’elle aimait après lui avoir désobéi. 

Que représente Pajou ? 

Augustin Pajou représente le moment le plus triste de cette partie du mythe où Psyché se retrouve seule après le départ de Éros. On peut ainsi lire la douleur sur son visage et son corps est courbé par le poids du chagrin. On identifie aisément l’identité de Psyché puisque l’on peut observer à ses pieds la lampe à huile renversée et le couteau qu’elle avait préparé.

De nombreux autres artistes ont représenté cette scène avec Psyché abandonnée par Eros, seule ou au départ de ce dernier.

Le mythe de Psyché dans l’Histoire de l’art

Charles-Antoine Cypel, Psyché abandonnée par l’Amour, 1748
Palais des beaux-arts de Lille
Jacques-Louis David, Psyché abandonnée, 1795
Collection particulière
Barthélémy Joseph Fulcran Roger, Psyché abandonnée, 1805

Albert-Ernest Carrier-Belleuse, Psyché abandonnée, 1872
Musée des beaux-arts de Marseille

Bibliographie

Ouvrages de référence

  • Apulée, Les Métamorphoses.

Ouvrages généraux

  • DARTHOU Sonia, Lexique des symboles de la mythologie grecque, Que-sais-je ?, PUF, 2017.
  • Dir. De CHANTAL Laure, Panthéon en poche, Dieux et déesses de l’Antiquité, Signet Belles Lettres, 2007.
  • FUMAROLI Marc et LEBRETTE François, La Mythologie gréco-latine à travers 100  chefs d’œuvres de la peinture, Presses de la Renaissance, Paris, 2004.
  • HAMILTON Edith, La mythologie, Ses dieux, ses héros, ses légendes, Poche Marabout, 2013.
  • RAT Maurice, Aide-mémoire de Grec, Nathan, 2008.
  • SCHMIDT Joël, Les 100 histoires de la mythologie romaine, Que-sais-je ?, PUF, 2018.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s