La fondation de Rome, Partie 1/3 : la légende

La fondation de Rome 1 - Bannière

Rome a toujours tenu au cours de l’histoire une place prépondérante dans le monde : capitale d’empire, cité des papes, centre artistique majeur… Cette cité a connu un destin exceptionnel après sa fondation au VIII° siècle avant JC, selon la tradition. La légende qui entoure cette fondation fait elle-même référence à cette grande destinée, une ville issue et voulue des dieux. Nous allons, à travers ce premier article, nous pencher sur la légende entourant la fondation de la cité. Ce récit légendaire de la fondation de Rome commence bien loin de l’Italie, dans une cité antique connue de tous, la tristement célèbre cité de Troie.

Une origine royale et divine

En effet, c’est à Troie, en Asie mineure, que commence la légende de fondation de Rome. Un jeune noble troyen, Anchise, attire l’attention de la plus belle des déesses, Venus. Cette union doit demeurer secrète mais le jeune mortel ne peut s’empêcher de se vanter de sa conquête. Jupiter, furieux, cherche à le foudroyer pour le punir de son audace, mais la déesse réussit à détourner la colère du roi des dieux. Anchise est tout de même touché par l’éclair mais seules ses jambes seront atteintes, faisant de lui un boiteux. De cette union naît un jeune prince du nom d’Énée. Ce dernier participe activement à la guerre qui oppose sa cité aux Grecs : la guerre de Troie. À la chute de cette dernière, Énée, aidé par sa mère, réussi à s’enfuir de la cité en proie aux flammes, portant son père Anchise sur le dos et tenant par la main son jeune fils Ascagne.

Énée, accompagné de quelques rescapés, débute un long voyage vers l’ouest du continent, passant par Carthage, où la reine Didion se donnera la mort après son départ, pour finalement arriver en Italie. En Italie, ses hommes en proie à la faim, commencent à

1. Roma, Ara Pacis, particolare della pannello con Sacrificio di Enea
Enée, accompagné de son fils, sacrifiant sur le site du Lavinium, Ara Pacis

piller les terres sur lesquelles ils viennent d’arriver. Les habitants locaux fond donc rapidement appel au roi de la région pour que ce dernier leur vienne en aide. Ce roi, Latinus, rencontre le jeune troyen. Ce dernier, après avoir raconté son périple et ses origines, est accueilli Latinus et une paix est conclue entre les deux peuples. Preuve de cet accord, Latinus donne sa fille, Lavinia, en mariage à Énée. Suite à ce mariage, une guerre éclate entre Énée et les autres peuples du Latium mais le Troyen en ressort victorieux. Enfin, la nouvelle entente entre les deux peuples créer un nouveau problème : la surpopulation. En effet, les Troyens doivent trouver un lieu pour vivre. De ce fait, Énée décide de quitter la cité de son hôte pour en fonder une nouvelle à laquelle il donnera le nom de sa femme, Lavinium.

Les origines du fondateur

A la mort d’Énée, son fils, Ascagne, décide de quitter la cité de son père, fondée 30 ans au part avant, pour fonder une nouvelle cité, Albe La Longue. Cette cité voit, à la mort de son fondateur, se succéder une longue liste de rois jusqu’à parvenir à Numitor et Amilius. Numitor est l’héritier du trône d’Albe La Longue, mais son frère, jaloux, le chasse du trône et se l’accapare. Pour s’assurer de ne pas être détrôné à son tour, il décide de tuer tous les enfants mâles de Numitor. Quand à la fille de Numitor, Rhéa Silvia, il en fait une vestale. Une vestale est une prêtresse antique de la déesse Vesta. Elles se devaient d’entretenir le feu sacré de leurs cités mais aussi de demeurer vierge pendant toute leur prêtrise, c’est à dire 30 ans. Toute vestale qui ne respectait pas son devoir de chasteté était enterrée vivante. Ainsi, Amilius s’assurait de n’avoir aucun rival qui pourrait le détrôner.

Pourtant, un jour le dieu Mars aperçoit Réha Silvia et en tombe amoureux. Comme tout dieu antique qui désire une femme, cette dernière succombe, plus ou moins volontairement, à son charme. De cette union vont naître deux enfants, Rémus et Romulus.

2. Mars et Rhéa silvia.jpg
Le viol de Rhéa Silvia par le dieu Mars. As, bronze, 140-143

Amilius, en apprenant la naissance des deux enfants, décide de s’en débarrasser au plus vite. Pour cela, il fait placer les deux enfants dans un panier qu’il fait mettre dans le Tibre, espérant que le courant finisse par les tuer. Mais, une louve aperçoit les deux enfants et les sauve des eaux. Elle les emmène dans une grotte, le Lupercal, et pour que les nourrissons puissent survivre, elle devient une mère de substitution et les allaite. Enfin, l’intendant des troupeaux du roi, Faustilius trouve les enfants et décide de les accueillir chez lui et de les élever avec sa femme Acca Larentia. Les deux enfants grandissent à l’écart des troubles et s’adonnent bien vite à la chasse… des brigands.

 

3. La louve du capitole
La Louve du capitole

Lors d’une fête, Remus est capturé par un groupe de brigand. Son frère réussit à échapper à l’attaque mais Remus est amené à Amilius. Faustilius qui connaît l’origine des enfants, décide de dire à Romulus qui il est. Romulus va donc chercher son grand père, Numitor. Ce dernier reconnaît son petit fils et tout deux, accompagnés de plusieurs groupes armés, parviennent à tendre une embuscade à Amilius et à rendre le trône à Numitor. Le trône étant dors et déjà occupé, les jumeaux décident de créer leur propre cité.

La fondation de Rome

Rémus et Romulus réfléchissent ensemble du lieu ou fonder leur cité. Un lieu leur paraît digne d’accueillir cette dernière, l’endroit où la louve les avait jadis recueillit. Mais plusieurs différents les oppose : le lieu exact où se tiendra la cité et lequel des deux lui donnera son nom. Il est donc nécessaire de décider lequel des deux frères décidera du sort de la cité. Ils décident donc de faire appel aux dieux. Ils se hissent tout deux sur une colline, Remus sur l’Aventin et Romulus sur le Palatin, et prennent les auspices en observant le vol des oiseaux. Remus voit six vautours tandis que son frère en voit le double. La décision des dieux est claire, Romulus doit régner.

En tant que roi, Romulus entreprend donc de tracer la forme que prendront les murs de sa cité en creusant un sillon dans le sol. Une fois achevé ce bornage, il se tourne vers son peuple et annonce qu’il met au défi quiconque de pénétrer dans sa ville sans son consentement. Mais Remus, jaloux de son frère décide de le défier et franchit la ligne qui le sépare des terres de son frère. Romulus ne pouvant accepter cette rébellion tue son frère. C’est donc sur un régicide que repose la fondation d’une des plus grandes cités que l’histoire aie connue.

Bibliographie

Sources

  • Denys d’Halicarnasse, Histoire des origines de Rome.
  • Tite-Live, Ab urbe condita libri.
  • Virgile, L’Énéide.

Ouvrages généraux

  • MOREAU Tiphanie, VAUGHAN Géraud, 100 fiches d’histoire romaine, Bréal, 2013.

Ouvrages spécialisés

  • HAMILTON Edith, La mythologie, ses dieux, ses héros, ses légendes, Marabout, 2013.
  • Dir. JOURNET Nicolas, Les grands mythes, origines, histoire, interprétations, Sciences humaines éditions, 2017.
  • SCHMIDT Joël, 100 histoires de la mythologie grecque et romaine, Puf, 2016.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s